Accélérer votre site web grâce à la gestion des caches


Par Khaoula IBNEACHIR

1. Le principe de fonctionnement du cache
2. Les types de caches
– Le cache serveur
– Le cache client
3. Quelques technologies de cache
– A. Cache navigateur
– B. Cache de requête de base de données
– C. Cache des serveurs proxy

Les sites web incluent de nombreuses ressources statiques telles que des images, des polices, des CSS… Lorsqu’une requête est lancée, ces derniers mettent du temps à se télécharger, ce qui entraîne une perte de temps conséquente et une baisse de la performance du site. Le cache permet d’économiser sur ce temps de traitement et garantit une meilleure expérience utilisateur lors de la navigation.

Les performances des sites peuvent être significativement améliorées en exploitant les ressources collectées lors des précédentes navigations. En effet, les caches web réduisent la latence et le trafic du réseau, et diminuent le temps nécessaire à l’affichage des ressources.

Nous entendons souvent des expressions comme« vider le cache », « mettre en cache »… Nous allons voir dans cet article ce qu’est le cache, son fonctionnement, son rôle et des exemples d’utilisation.

1- Le principe de fonctionnement du cache

Le cache est un grand réservoir de mémoire dans lequel sont stockés des objets. Chacun de ces objets est identifié par une clé unique calculée. De manière générale, les caches se présentent sous la forme d’un ensemble de clé-valeur. L’utilisation des caches est une habitude chez les développeurs, et de nombreuses applications web peuvent bénéficier de ces technologies. Le but principal du cache est de rendre les échanges entre deux ou plusieurs machines plus rapides et d’éviter des traitements et des échanges redondants et inutiles.

Le cache conserve des copies des documents de façon à ne pas devoir les télécharger à chaque fois. Le logo d’un site illustre bien cette fonction puisque c’est une image qui apparaît sur toutes les pages du site et qui ne change jamais.

En effet, lorsqu’un client fait une requête HTTPS sur un site web pour récupérer une page web, le serveur ne renvoie pas la page en un seul morceau. En réalité, il envoie un code de base qui contient des liens que le navigateur va aller chercher dans les différents espaces où ils sont stockés.

2- Les types de caches


Nous distinguons deux types de caches : le cache serveur et le cache client.

  • Le cache serveur

Le cache serveur correspond à des traitements côté serveur qui sont mis en cache à la suite de requêtes. En effet, un serveur cache est pratiquement toujours un serveur proxy. Ce dernier correspond à une machine tampon qui filtre les demandes internet des utilisateurs et les administre. Un serveur proxy associe les messages entrants aux requêtes sortantes pour mettre en cache les fichiers obtenus pour un usage futur des internautes.

  • Le cache client

Un cache client est un cache local synchronisé avec un cache en cluster distant. En effet, lorsqu’un élément est ajouté, le cache client se charge de l’enregistrement de la notification, de la mise à jour et de la suppression de cet élément.

Comme son nom l’indique, le cache client correspond à un stockage de fichiers en local sur le client pour qu’il puisse exploiter ces données lorsqu’il en a besoin. Il peut être soit InProc (se trouve principalement dans le processus d’application) ou OutProc (réside sur une boîte à distance).

3- Quelques technologies de cache

Que ce soit au niveau client ou côté serveur, il existe plusieurs technologies utilisant la mise en cache. Voici quelques exemples ci-dessous :

A- Cache navigateur


Cela concerne les fichiers de style CSS, les images d’un site et Javascript. La particularité du cache navigateur est d’avoir une durée de vie qui peut être paramétrée. Cela permet un gain de performance et une économie des ressources.

B- Cache de requête de base de données :

L’utilisation des bases de données a pour objectif l’ordonnancement, le tri et l’accès aux informations. Par conséquent mettre en cache les réponses fournies permet d’assurer une génération des pages plus rapide. Nous pouvons citer à titre d’exemple le plug-in BD-Cache Reloaded du CMS WordPress qui permet d’accélérer votre site en calculant à l’avance le rendu HTML.

C- Cache des serveurs proxy :

Que ce soit pour un réseau local ou internet, les serveurs proxy font des mises en cache pour garantir un accès rapide à l’information.

Pour obtenir un site web rapide, une bonne gestion des caches est un exercice devenu aujourd’hui incontournable. Il est important de régler correctement les caches pour garantir une expérience optimale lors de la navigation sur votre site.

Si vous avez saisi l’importance des caches dans l’optimisation des performances de votre site, nous vous conseillons de les mettre en place sans tarder, car plus le taux de cache est important, plus le site est performant et rapide, et plus l’internaute est satisfait de son expérience de navigation.

Laissez un commentaire